PATRICIA BOIES S’EXPOSE

MÉDIAS

Journal L’Œil Régional- Vallée-du-Richelieu – Samedi 20 janvier 2007

Écrit par : Andréanne Breault

« L’artiste de Beloeil Patricia Boies ne chôme pas. En plus de consacrer plus de 20 heures par semaine à la peinture, elle s’intéresse également au métier de mannequin. Les amateurs d’art auront la possibilité d’observer huit de ses œuvres de grand format ainsi que dix photos artistiques la représentant, au Presse Café, à Mont-Saint-Hilaire, jusqu’au 8 février.

 

« J’ai décidé de présenter des photos de moi avec mes œuvres pour que les gens puissent vraiment identifier les toiles à l’artiste », affirme la jeune femme de 24 ans qui peint depuis maintenant cinq ans. Patricia Boies a toujours eu une certaine facilité pour le dessin et la peinture. C’est toutefois lorsqu’elle étudiait au cégep Édouard-Montpetit en arts et lettres, profil langues, qu’elle a eu un déclic. « Je devais choisir un cours d’option et j’ai pris Dessin et peinture. C’est là que j’ai vraiment découvert le pinceau et le chevalet. J’ai choisi l’huile, car ce médium glisse bien Les couleurs sont plus prononcées et il est possible de retravailler la toile puisque ça sèche lentement », soutient l’artiste qui s’est ensuite perfectionnée en suivant des cours de peinture avec un professeur privé.

 

Les œuvres de la jeune peintre sont abstraites, un style d’art qu’elle privilégie, car cela permet plusieurs interprétations de la part des observateurs. La série d’œuvres que l’on retrouve au Presse Café est regroupé sous le thème de la mélancolie et exploitent la notion de mouvement. Patricia Boies s’inspire d’artistes tels que Salvador Dalí pour la double image et Picasso pour l’aspect désordonné. Lorsqu’elle crée, elle s’installe devant la toile et se laisse aller. Elle affirme même que c’est comme si la toile la guidait dans le choix des couleurs et leur disposition. Elle possède une trentaine de toiles è son actif.

 

Pour les photos artistiques, elle a fait appel à un ami, Simon Vadeboncoeur. C’est toutefois elle qui a pris toutes les décisions concernant entre autres l’habillement et les émotions exprimées. « C’est moi qui s’expose », ajoute-t-elle.

 

La jeune femme, qui a obtenu son diplôme en arts visuels et médiatiques au cégep de Saint-Hyacinthe, en 2005, s’engage dans divers projets. Après avoir pris part à une exposition collective à la Galerie Expression, à Saint-Hyacinthe, en 2005, elle se prépare maintenant en vue d’une exposition solo à la Galerie Artécadre, à la mi-juin. Elle réalise actuellement un photo-roman racontant une histoire d’espionnage et d’amour, qui sera disponible sur demande pour la Saint-Valentin. Elle possédera également, d’ici quelques semaines, un atelier qui sera ouvert au public les week-end.