SUIVRE LA VOIE DE L’ART

MÉDIAS

Patricia Boies, artiste peintre de Beloeil

Journal Les Versants – Saint-Bruno-de-Montarville – 16 mars 2007

Écrit par : Frank Jr. Rodi

« J’étais perdue avant. Maintenat, ça s’en vient bien mon affaire, mais j’étais perdue. Je me demandais quel chemin prendre, comment faire. C’est difficile la vie adulte de ce côté-là. On n’a pas de mode d’emploi. Ça s’apprend avec le temps. Ce n’est pas évident ! Les générations nous apprennent que dans la vie, il faut travailler 40 heures par semaine à un endroit. Mais je n’étais pas prête à louer ma vie comme ça parce que l’avais des choses à dire, j’avais des choses à accomplir », confie l’artiste peintre Patricia Boies, une Belloeilloise de 24 ans.

Elle présentait au public son exposition solo Patricia Boies s’expose au Presse Café de Mont-Saint-Hilaire, du 12 janvier au 8 février dernier. Une des nombreuses idées de projets qui lui trottait dans la tête et qu’elle souhaitait réaliser.

 

« Tout s’est fait très rapidement. Ça s’est décidé du jour au lendemain qu’il était pour y avoir une exposition. Le temps de tout planifier, de faire un peu de promotion et d’aller chercher quelques commanditaires, en une seule semaine, l’exposition était organisée et une vingtaine de personnes se sont présentées au vernissage. Ça s’est très bien déroulé, mais c’est plutôt tout ce qui a découlé de cette exposition qui est intéressant », mentionne Patricia Boies, faisant référence aux contacts établis lors de l’événement et aux entrevues journalistiques. « L’exposition avec pour nom Patricia Boies s’expose et je crois que tout est vraiment resté fidèle à ce titre », poursuit l’artiste.

 

Au Presse Café étaient exposées huit toiles de grand format, entre autres les œuvres Ciel (76 cm x 76 cm), Éclats (60 cm x 76 cm) ainsi qu’Adora (76 cm x 91 cm). Chacune d’entre elles était accompagnée d’une photo de Patricia Boies, également mannequin, afin de jumeler le tout. Chaque tableau avait son cliché. « Il y a mes œuvres, mais aussi des photos de moi. Je travaille à l’arrière en plus, pour les idées et la direction, mais je voulais associer une image à l’œuvre. Je ne voulais pas que les gens disent seulement : « Ah ! Patricia Boies, c’est ce qu’elle fait ! » Mais savoir aussi qui est la personne derrière. C’est une artiste, mais c’est une personne aussi. Il faut donc unir une image aux œuvres », souligne celle qui demeure à Beloeil depuis 14 ans.

 

Inspirée des peintres Salvador Dalí, entre autre pour la double image, et de Picasso, pour l’aspect désordonné des toiles (elle fait beaucoup dans l’abstrait), Patricia Boies se laisse également influencer par les musiques des groupes anglais Radiohead et Coldplay. En plus d’être artiste peintre et mannequin,celle-ci se décrit également journaliste sur son curriculum vitae. « Je vais beaucoup chercher des informations, entre autres pour me vendre. Je suis assez intrépide de ce côté-là. Je suis comme un reporter. Et en ce moment, je suis en train de réaliser mon démo pour la relève artistique à la radio, qui s’appellera Rumeur. Ce qui me pousse à aller interviewer des artistes musicaux et en théâtre, explique la diplômée en Arts visuels et médiatiques du Cégep de Saint-Hyacinthe en 2005. L’émission radio n’est qu’un projet parmi bien d’autres.

 

Des projets plein la tête

 

« Ce sont tous des projets à venir, qui bouillonnent en moi », note la polyvalente jeune femme. Un photo-roman qui a pour titre Room 28 ; un livre de recettes prévu pour l’hiver 2007 ; l’émission de radio Rumeur pour la relève artistique en collaboration avec Michel St-Pierre, de Radio-Canada ; l’atelier studio-photos (Room 28), qui sera ouvert au public très bientôt sur le Chemin de La Montagne à Mont-Saint-Hilaire et qui permettra aux gens intéressés par la photo d’obtenir un portfolio ou un souvenir unique et personnalisé grâce aux idées de la Belloeilloise et de son collègue photographe Simon Vadeboncoeur ; un site internet pour inter relier toute l’énergie des projets et des oeuvres de Patricia Boies, réalisé avec Jérémie Boudreau, un webmestre de TQS, qui permettra d’accéder à des onglets pour Room 28 (l’atelier studio-photos) ainsi qu’aux archives de l’émission radio.

 

Entre tous ces projets, Patricia Boies est relationniste pour le Comité Fugue en Art Majeur (le parcours des artistes) dans la région de Mont-Saint-Hilaire et elle fait affaire avec Jeunes volontaires, une alliance avec Emploi-Québec, qui lui permet de « survivre » jusqu’à son exposition à la galerie Artécadre d’Otterburn Park en juin. « On peut voir des projets de photos, des projets écologiques. Ce sont des choses que l’on veut réaliser et le gouvernement nous aide à concrétiser nos projets de cette ampleur. Ce n’est pas gratuit : il faut rencontrer un comité, préparer notre projet, avoir un budget. Ça nous aide aussi à nous connecter avec la réalité. Les arts nous amènent souvent dans notre bulle, mais la réalité qu’est l’argent, ce n’est pas facile de la vivre tous les jours. Donc, il y a un budget alloué pour le projet et une allocation mensuelle. Mais on ne peut pas vivre de ça ! » annonce la mannequin, qui conseille aux jeunes intéressés (âgés de 16 à 29 ans) de s’informer auprès du Carrefour Jeunesse-emploi de leur région.

 

Artiste autodidacte, Patricia Boies croit en elle et se pousse à l’avant-plan. Elle se décrit comme une « fille énergique, dynamique, ouverte, multi passionnée et multidirectionnelle ». « Je souhaite être une figure importante du « showbiz », dans tout ce que j’entreprends. Ce qui résume que je veux être une artiste accomplie et je veux en vivre allègrement. Je pense que tout est possible ! » prévoit la Belloeilloise.

 

Cette dernière invite tous ceux et celles qui font de la musique et que l’émission de radio Rumeur pourrait intéresser à communiquer avec elle […] Le studio de photo Room 28 devrait ouvrir à la mi-avril sur le Chemin de la Montagne, à Mont-Saint-Hilaire.